25 novembre 2017

La thérapie familiale

Quand ? Pourquoi ?

La famille est un système. Chacun de ses membres y interagit. De la formation du couple au départ des enfants, la famille évolue dans le temps. La fonction parentale change, s’adapte au nombre d’enfants, à leur âge, à leurs difficultés.

Ainsi, le passage d’un cycle de vie à un autre peut entraîner des tensions, malmener le lien. Il s’agit alors en thérapie familiale de repenser les règles du fonctionnement familial.

 

Dans quel but ?

Le but de la thérapie familiale est de dénouer les problèmes et de redonner à la famille ses capacités de fonctionnement, de créativité pour :

  • Améliorer l’équilibre de chacun,
  • Aider la (ou les) personne(s) qui souffre(nt),
  • Exprimer les choses difficiles, les non-dits,
  • Favoriser de meilleures relations.

 

Comment ?

Je propose donc, en fonction de l’analyse faite de la situation, de travailler avec l’ensemble ou avec une partie du système familial.
Dans certains cas, si le système familial n’est pas mobilisable, je peux vous proposer un travail en individuel. Aussi, dans une perspective relationnelle, nous questionnerons l’ensemble de votre histoire et de vos appartenances (famille, couple, réseau social, réseau professionnel…).

 

Quels types de difficultés ?

Les difficultés pouvant amener une famille à consulter sont nombreuses :

Liées à la scolarité

Tout d’abord, de nombreux facteurs interagissent autour de la réussite scolaire en terme d’intégration réussie ou de résultats. Il est rare que ces éléments impliquent l’enfant seul. C’est pourquoi il est important :

  • De replacer une difficulté ou même un échec dans un cadre plus global,
  • D’interroger les enjeux dans les réseaux relationnels : l’enfant et sa famille, l’enfant et la classe, la famille et l’école,
  • De trouver ensemble des solutions.

 

Liées à l’adolescence

Ensuite, l’adolescence est un processus d’autonomisation et d’individuation où chacun, dans la famille, doit trouver une nouvelle place… L’adolescent peut exprimer ou contenir des souffrances, avoir des conduites de mise en danger (addictions, scarifications, conduites à risques…).

 

Liées à la souffrance

Enfin, un membre de la famille traverse une période difficile, est malade, présente un handicap ou a une addiction. Cette situation peut avoir des incidences sur la structure familiale. Certains peuvent ne plus supporter la situation. L’ensemble de la cellule familiale s’en trouve de fait impactée. Comment aménager un équilibre pour la personne, pour les aidants permettant d’accompagner dans la durée ou de trouver des solutions satisfaisantes pour chacun ?